Redéfinir l’entreprise et sa finalité : une révolution en marche ?

Un article qui permet de mettre en perspective théorique les projets du gouvernement concernant la réforme de la gouvernance des firmes (à lire ici)

Publicités
Publié dans ESHMC

Répartition de la valeur ajoutée entre revenus du travail et du capital : de quoi parle-t-on ?

Une mise au point très utile sur un sujet important: « Le partage de la valeur ajoutée revient comme un thème majeur de recherche en économie. Mais de quoi parle-t-on ? Comment mesurer les revenus du travail des entrepreneurs individuels ? Selon la méthode retenue pour distinguer entre revenus du travail et ceux du capital, les évolutions peuvent être sensiblement différentes.  » (la suite ici)

Publié dans ESHMC

Feu sur l’OMC ?

« Donald Trump et son administration s’en prennent durement à l’OMC, symbole d’un multilatéralisme commercial dont ils estiment être victime. Cette position est très déstabilisante pour le système commercial multilatéral, même si les États-Unis auraient aussi beaucoup à perdre à sa remise en cause. » (la suite ici)

Publié dans ESHMC

Migrations et salaires : le cas des rapatriés d’Algérie

 » Entre 2012 et 2015, le nombre de réfugiés dans le monde a considérablement augmenté  pour atteindre un niveau historique de 22,5 millions en 2016. L’arrivée massive et rapide  de ces réfugiés dans plusieurs régions du monde a ravivé l’intérêt des économistes quant aux conséquences de l’immigration, sur les salaires notamment. Les résultats des études en la matière sont controversés, parfois même contradictoires. Cette Lettre entend  contribuer au débat actuel en évaluant les effets du rapatriement d’Algérie en 1962 sur les conditions salariales des travailleurs de France métropolitaine. Cet épisode d’immigration massive et soudaine a entraîné une baisse des salaires dans les huit premières années. Puis les salaires se sont rétablis jusqu’à retrouver leur niveau initial 15  ans après. Bien que l’arrivée de nouveaux travailleurs n’ait pas affecté les salaires sur le long terme, elle a eu néanmoins des effets persistants sur les inégalités entre qualifiés et moins qualifiés : en augmentant le nombre relatif de travailleurs qualifiés, l’arrivée des rapatriés d’Algérie a réduit les inégalités salariales. » (la suite ici)

Publié dans ESHMC

Sur le contrôle des chômeurs

Article très intéressant afin de préparer un thème à venir (à lire ici)

Publié dans ESHMC

La relocalisation industrielle en France : un retour vers le futur ?

Article intéressant à lire ici

Publié dans ESHMC

Y aura-t-il un post-capitalisme ?

« Le succès ultime du capitalisme est d’avoir transformé ou développé la nature humaine en faisant de chacun d’entre nous d’excellents calculateurs de « douleur et de plaisir », de « gain ou de perte » au point que même si la production capitaliste disparaissait aujourd’hui, nous vendrions des services les uns aux autres pour de l’argent : nous deviendrions des entreprises. Imaginez une économie (similaire à une économie très primitive) où toute la production est gérée à la maison. Cela semblerait être un modèle parfait d’économie non marchande. Mais si nous avions une telle économie aujourd’hui, elle serait pleinement capitaliste parce que nous vendrions tous ces biens et services les uns aux autres : un voisin ne gardera pas un œil sur vos enfants gratuitement ; personne ne partagera de nourriture avec vous mais vous facturera ; vous ferez payer votre mari pour le sexe et ainsi de suite. C’est le monde vers lequel nous nous dirigeons, et le champ des opérations capitalistes risque donc de devenir illimité parce qu’il inclurait chacun de nous. « L’usine dans le capitalisme cognitif est la totalité de la société » (p. 139). Le capitalisme durera très longtemps parce qu’il a réussi à transformer les humains en machines à calculer dotées de besoins illimités. Ce que David Landes a vu comme l’une des contributions majeures du capitalisme – une meilleure utilisation du temps et une capacité à tout exprimer en termes de pouvoir d’achat abstrait – s’est déplacé maintenant dans nos vies privées. Nous n’avons pas besoin de mode de production capitaliste dans les usines si nous sommes tous devenus des centres capitalistes nous-mêmes. » (Branko Milanovic)

Texte à lire dans son intégralité ici.

Publié dans ESHMC